Interview Mona Laroussi: E-learning et les difficultés des étudiants africains

Mona Laroussi est une experte des TICE et  de l’informatique, enseignante chercheur à l’université de Lille 1 et à l’INSAT de Tunisie. Elle  est aussi directrice exécutive de l’IFIC l’Institut de la Francophonie pour l’Ingénierie de la Connaissance et la formation à distance. Elle a notamment pour missions d’offrir aux universités un espace de recherche dans le domaine des technologies de l’information et de la communication pour l’éducation (TICE). Elle est également en charge de l’organisation d’un espace d’innovation favorisant le développement et la modernisation des systèmes éducatifs. Enfin, elle travaille à favoriser l’intégration des systèmes d’information en milieu universitaire. 

Ces missions ont beaucoup de succès et impactent considérablement le domaine de l’éducation des jeunes en Afrique, notamment à travers les plateformes E-learning qui simplifient l’accès à l’apprentissage, et forment en ligne des milliers de jeunes africains.

Interview Mona Laroussi, le 23 septembre 2015:

 

  • L’enseignement sur les platesformes elearning de l’IFIC est-elle toujours un succès? Sinon quelles pourraient être les difficultés que les étudiants rencontrent?

Je veux d’abord préciser que nous disposons de plusieurs types de plateformes: nous avons des plateformes qui sont propres aux universités et des plateformes ouvertes au grand public. La plateforme n’est qu’un espace qui accueille des contenus et c’est toujours l’interactivité et le degré de maturité que nous mettons dans nos contenus qui rencontrent un succès.

Sinon, quelles pourraient être les difficultés que les étudiants rencontrent? Généralement à l’AUF et l’IFIC, on ne distingue pas étudiants africains, maghrébins ou autres, mais on parle d’étudiant francophone. Donc c’est plus simple, il n’y a pas de restriction, ils sont tous des étudiants, ils sont tous des apprenants ils sont là pour apprendre et pour nous apprendre. On apprend des difficultés que certains étudiants ont, et on essaye de s’améliorer dans ce sens-là. Les difficultés sont principalement liées aux infrastructures : des coupures d’électricité, des coupures d’internet et un débit trop bas ne permettant pas toujours de télécharger toutes les vidéos ou tous les supports.

Avec ces difficultés là nous avons également appris à modifier nos supports, généralement, nous envoyons à nos enseignants concepteurs, ce qu’on appelle un guide de pratique dans lequel nous leur demandons d’alléger les vidéos, les power point et surtout de les orienter vers ce qu’on appelle de l’apprentissage à dispositif mobile, puisque dans certains pays africains, comme le Cameroun, les étudiants sont mieux équipés en téléphone 3G qu’en téléphone filaire donc on peut aussi tabler sur tout ce qui est dispositif mobile.

 

  • Est-ce que vous ne rencontrez pas des situations où certains étudiants ont des difficultés à se servir de l’outil informatique qui leur permet  de suivre ces cours?

Généralement, les étudiants sont à l’aise, parce qu’ils se sont familiarisé avec leur smartphone et ils arrivent  à les utiliser comme dispositif d’apprentissage, contrairement à certains enseignants qui ont des difficultés sur ces outils là.

 

  • l’IFIC elle-même, dans l’accomplissement de cette mission (l’enseignement des étudiants), rencontre-t-elle des difficultés?

Nous avons aussi des problèmes d’infrastructures mais il y a aussi le fait que dans le distanciel, il y a toujours ce problème de temps, ce sont des tâches qui sont reléguées en dernier lieu. Ce n’est pas comme quand vous avez un rendez-vous avec votre enseignant dans une heure et que la salle où vous devez vous rendre va être fermée, que vous devez aller pour prendre place pour suivre le cours. Quand on fait de l’enseignement à distance, les taches sont toujours reléguées : « je ferais ça ce soir, je ferais ça demain », et donc c’est ce qui retarde un peu les échéances. l’IFIC n’a pas de problèmes dans l’ensemble, elle essaye de mettre en place un système d’expertise qui permettrait aux différents étudiants d’aboutir vers leur enseignement (le cas de l’incubateur doctoral que nous avons mis sur pied) sinon nous avons des petits problèmes de délais qui ne sont pas forcément respectés parce que nous croyons que l’apprentissage à distance est plus facile que l’apprentissage présentiel, donc les étudiants relèguent leurs taches pour après.

 

  • A votre avis, quelles peuvent être les solutions, pour améliorer davantage le e-learning en Afrique ?

Je pense déjà qu’il faut premièrement démocratiser un accès sain à la technologie. Il faudrait aussi  qu’on réfléchisse en Afrique ou ailleurs sur l’internet par la lumière par exemple. Il faut par la suite diminuer également les coupures et aussi à une échelle plus large au-delà de l’IFIC qu’on réfléchisse sur certaines technologies permettant d’avoir l’électricité à moindre coût en utilisant les ressources naturelles propres à l’Afrique qui sont : le soleil, le vent…Il faudrait enfin améliorer la formation des formateurs en passant par des besoins basiques jusqu’aux besoins plus détaillés  et plus spécifiques. Prendre en compte le suivi des étudiants après les cours. Il faudrait que ces étudiants que nous avons formés soient eux-mêmes impliqués dans la formation d’autres jeunes, il ne faut pas qu’on les perde ou qu’ils soient récupérés ailleurs. Il faudrait que nos jeunes formés par nos moyens, soient aussi notre pilier et notre support pour le futur. Il y a tout cet aspect d’entraide qu’il faut mettre en place pour avoir de meilleurs résultats à long terme.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28/09/2015

    […] En savoir + : Interview Mona Laroussi: E-learning et les difficultés des étudiants africains […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *