E-learning : 6 recommandations pour créer les conditions de la réussite

Par Cécile, Dorian, Hanna-Marie, Pierre, Romuald et Delphine

Le e-learning — dans toutes ses acceptions, qu’il s’agisse de cours individuels en ligne, de tutoriels, de cours “massivement ouverts”, de pédagogie inversée ou de l’utilisation en classe de matériel informatique interactif — change l’apprentissage et l’enseignement. Plus ces techniques se développent et se généralisent, plus les enseignants se trouvent confrontés à un changement de paradigme : ce n’est plus forcément aux étudiants de s’adapter à leurs cours, mais plus souvent à eux de s’adapter aux besoins individuels et aux problématiques personnelles des apprenants. L’enseignement “électronique” s’inspire ainsi des méthodes “user centered” pour produire des dispositifs attentifs au contexte de l’apprenant, aux connaissances acquises et aux besoins qu’il est susceptible d’exprimer tout au long de la formation.


Dans cette optique, nous avons cherché, auprès de cinq personnalités du monde du e-learning, comment réunir les conditions optimales pour une expérience réussie de e-learning.

Placer l’apprenant au centre du dispositif

Eirik Gihle est un professeur de design graphique à NKH, l’Ecole norvégienne d’arts créatifs d’Oslo. C’est un adepte enthousiaste de la pédagogie inversée qui nous explique les bienfaits directs et indirects de cette technique consistant à fournir un support de cours (qui peut consister en une présentation sur transparents, une vidéo, ou en tout autre support) en amont du temps commun en classe.

L’Ecole norvégienne d’arts créatifs s’appuie sur les travaux du pédagogue John Dewey, initiateur de la pédagogie du projet, dès le XIXe siècle. Cette approche pragmatique trouve sa continuité dans la pédagogie inversée qui est bien plus qu’un simple outil pour éviter l’ennui des étudiants. Par ce dispositif, toute la philosophie de l’enseignement et de l’apprentissage se trouve bousculée, renversée : l’enseignant n’est plus au centre du dispositif, il laisse la place à l’apprenant et à ses besoins spécifiques. L’apport le plus emblématique de la pédagogie inversée est que les étudiants peuvent apprendre à leur propre rythme, passer autant de temps qu’ils veulent ou qu’il leur est nécessaire sur un point du cours. Par voie de conséquence, les activités en classe se changent en un travail collaboratif et interactif vis-à-vis duquel le professeur se rend disponible pour répondre aux questions des étudiants. Ceux-ci ayant déjà assimilé la plus grande partie du cours, leurs questions sont autant d’opportunités pour leurs camarades d’approfondir et de prolonger l’apprentissage. Cette phase aussi change la fonction de l’enseignant, et Eirik souligne la nécessité pour les professeurs de reconsidérer leur rôle sous cette nouvelle perspective : chacun apprend des autres et le professeur est là pour épauler, pour aller plus loin. Eirik est persuadé que la pédagogie inversée sera à l’avenir largement adoptée par le monde enseignant.

En savoir + : Interview on flipped classroom with Eirik Gihle from NKH

Concevoir l’accessibilité comme un pré-requis

David Sloan est un ingénieur UX consultant, spécialisé dans les questions d’accessibilité. David utilise les technologies pour enrichir les contextes d’apprentissage. Elles sont alors un moyen de pallier les difficultés que rencontrent les publics empêchés.

Lorsqu’il conçoit un service de e-learning, il envisage en premier lieu son accessibilité : si l’apprenant doit passer par une plateforme, celle-ci doit être accessible et proposer des supports qui le sont tout autant. Cela suppose une conception méticuleuse : il faut appréhender, anticiper tous les obstacles qui peuvent faire barrage à l’apprentissage. La singularité de chaque handicap oblige le concepteur à trouver un moyen de contournement spécifique, pour que l’expérience reste efficace et confortable quel que soit le public qui en bénéficie.

Réciproquement, les apports des technologies peuvent s’exprimer à l’intérieur des classes : en créant des liens, des possibilités d’interactions ou de collaboration (même si la personne n’est pas physiquement présente). David Sloan conçoit donc la technologie comme un levier au service de la réussite, dans le respect des rythmes, des besoins, des contextes de sa classe, une vision à l’opposé d’un cours préformaté selon une démarche prédéfinie.

En savoir + : Interview de David Sloan : e-learning et accessibilité

Créer les conditions d’écoute des apprenants

Nicolas Lozancic est responsable de la stratégie digitale chez Speedernet, une agence d’e-learning. Il témoigne en décrivant les pratiques observées depuis la création de l’agence en 2000. Quelle que soit la tendance, son importance ou ses exigences (rapid learning, serious game etc.), il met en lumière deux conditions indispensables pour que le dispositif enseigne et ne se contente pas de communiquer.

Tout d’abord, la nécessaire compréhension par le commanditaire des contraintes liées à un programme de formation à distance. Il s’agit d’adapter les contenus pédagogiques, les supports et le déroulé au contexte d’utilisation de l’apprenant. L’investissement dans la conception du service est une garantie de qualité. Le e-learning ne se contente pas de dématérialiser une formation (on ne filme pas un cours magistral !), il s’agit d’une traduction des objectifs pédagogiques dans un tout autre univers, et le rôle du commanditaire dans ce projet est de créer les conditions favorables à cette réappropriation.

D’autre part, Nicolas Lozancic est persuadé que l’une des conditions indispensables à la réussite d’une expérience d’e-learning est l’adaptation des technologies employées aux capacités du public visé. Il appartient au concepteur d’être vigilant et attentif sur les matériaux proposés aux apprenants, notamment pour ne pas cliver la population des apprenants, par l’âge ou le niveau d’études par exemple.

En savoir + : Le elearning influence-t-il la gestion des connaissances dans les entreprises ?

S’adapter au contexte technologique

Mona Laroussi est directrice exécutive de l’IFIC (Institut de la francophonie pour l’ingénierie de la connaissance) qui compte parmi les leaders francophones de la formation en ligne.

Mona met en évidence l’impact des infrastructures techniques sur les dispositifs d’enseignement en Afrique, notamment lorsqu’elles sont défaillantes : coupures d’électricité, de réseau, débits insuffisants, etc. C’est en réponse à ces contraintes que l’IFIC a optimisé ses supports de formation à distance, en les modelant pour les rendre accessibles sur les dispositifs mobiles, reliés de façon plus fiable à internet depuis que l’accès à la 3G s’est développé en Afrique. Elle souligne également l’importance de l’innovation pour réduire les déserts numériques : la technologie LI-FI d’accès à Internet à très haut débit par source lumineuse, ou l’utilisation de ressources propres à l’Afrique (solaire, éolien), pour prévenir les coupures d’électricité trop fréquentes, et la nécessaire formation des formateurs pour améliorer la diffusion du e-learning en Afrique.

En savoir + : Interview Mona Laroussi: E-learning et les difficultés des étudiants africains

Injecter de l’humain au cœur de l’enseignement

Mathieu Nebra, cofondateur d’OpenClassrooms, plateforme d’e-education proposant près de 1200 cours principalement sur l’informatique et les sciences, met l’accent sur la prise en compte de la diversité des solutions et sur la valorisation de l’accompagnement humain.

Pour Mathieu Nebra, l’optimisation de l’expérience passe par une plus grande personnalisation de l’offre. D’une part en réinjectant de l’humain dans l’enseignement en ligne : un rapport plus fort avec l’enseignant vu comme un mentor, un plus grand rôle de la communauté des apprenants avec de plus en plus d’interactions entre les utilisateurs du site ; et d’autre part — dans un avenir proche —, en mettant à profit le learning analytics (l’analyse des données collectées lors du processus d’apprentissage en ligne). Il envisage cette analyse comme le matériau qui permettra de dessiner des parcours « ultra-individualisés » : être capable de déterminer qu’un apprenant a besoin de revenir sur certaines notions mal assimilées, qu’il peut en survoler d’autres qu’il maîtrise, et qu’il faut l’emmener découvrir un champ qu’il ne soupçonne pas et qui lui ouvrirait de nouvelles perspectives. Mathieu Nebra insiste aussi sur la souplesse du service qu’il propose : tout cours doit être disponible à tout moment, qu’est-ce qui peut justifier, en 2015, qu’il faille attendre la rentrée pour commencer à se former sur tel ou tel sujet ?

En savoir + : Mathieu Nebra nous parle du public et des objectifs d’OpenClassrooms

Par Cécile, Dorian, Hanna-Marie, Pierre, Romuald et Delphine


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *