Mathieu Nebra nous parle du public et des objectifs d’OpenClassrooms

Mathieu Nebra est le co-fondateur d’OpenClassrooms, site web de cours en ligne lancé en 2013 dont l’objectif est formulé ainsi : “Donner la possibilité à tous d’apprendre grâce à des cours de qualité, libres et ouverts“. La plateforme de MOOC, adoptée aujourd’hui par plus d’un million de membres et deux millions cinq de visiteurs par mois,  a pour point de départ la déception d’un garçon de 13 ans qui ne parvient pas à trouver en ligne les indications adéquates pour construire un site web. Mathieu Nebra crée alors le site à l’origine d’OpenClassrooms : le site du zéro. D’abord fourni de quelques cours, le projet gagne rapidement une nouvelle envergure. Les forums collaboratifs et l’entraide en communauté participent de son succès et se retrouvent dans les différentes versions du site dans les années 2000.

Pierre Dubuc –  ancien membre, devenu collaborateur et co-fondateur d’OpenClassrooms – et Mathieu Nebra fondent la start-up Simple It en 2007 ; l’entreprise édite le site et à la fin de leurs études en 2009, les deux ingénieurs s’y consacrent entièrement. En 2013, un changement de modèle économique et de nouvelles ambitions stratégiques, les poussent à rebaptiser le site d’origine. Devenue OpenClassrooms, la plateforme – à l’avant-garde de l’E-Learning en France – poursuit son expansion en s’ouvrant à l’internationalisation et à la conquête de nouveaux publics. A bientôt trente ans, Mathieu Nebra cherche désormais à diversifier le domaine éducatif technique d’origine et à renforcer la reconnaissance de la plateforme. Des changements, dont l’apparition d’un modèle freemium, qui se veulent en continuité avec l’objectif premier de démocratisation du savoir par l’éducation en ligne.

Interview de Mathieu Nebra, le 22 septembre 2015:

  • Peux-tu commencer en me parlant du public d’OpenClassrooms ?

Le public est assez varié de 9, 10 ans jusqu’à 93 ans pour l’utilisateur le plus âgé. Il y a tout de même une majorité de gens qui sont, soit étudiants, soit jeunes diplômés, avec  une courbe qui va faire un pic vers 23 ans et après cela, ça s’étale. Il y a tout de même de plus en plus de gens en reconversion, dans l’informatique notamment, qui ont dans les 40 ans. Je dirais qu’on a un gros tiers d’étudiants du supérieur, un tiers de gens en reconversion, et un tiers “d’autres“ – plus jeunes ou plus vieux.

  • Quelle part prend l’usage d’OpenClassrooms comme outil de ressources ponctuelles ?

Il y a bien sûr des usages ponctuels mais on va de plus en plus vers des usages de formation où on accompagne les utilisateurs dans la durée, ce qui est bien plus difficile. Le plus facile, c’est de mettre des tutos en lignes, mais accompagner quelqu’un dans sa formation, c’est un vrai travail.

  • Du site du zéro à l’OpenClassrooms actuelle, votre plateforme de cours en ligne a déjà de nombreuses années derrière-elle. OpenClassrooms a évolué en même temps que le web – avec l’émergence du web social, notamment – avez-vous remarqué une changement dans le public ?

On part d’un public très early adopter, très geek et technique – ce qui est normal. Ce sont souvent les premiers utilisateurs, ceux qui s’intéressent aux nouvelles technologies et aux nouvelles façons d’apprendre. Ils sont toujours très présents mais il y a aussi des gens d’autres générations qui commencent à s’y mettre, qui découvrent et pour qui il est possible et acceptable d’apprendre en ligne. D’où la diversification des populations, par exemple, les gens en reconversion en informatique, c’est quelque chose qu’on avait pas du tout il y a quatre ou cinq ans – enfin, quasiment pas du tout. On est aussi sur un public plus curieux, encore plus grand public, qui s’intéresse aux nouvelles technologies mais qui ne va pas mettre un pied plus profond dedans. Ils vont au moins se renseigner et ça devient également important pour eux au niveau de l’employabilité. Sans trop caricaturer, on part du jeune geek passionné dans sa chambre d’étudiant pour aller vers une visée ou un usage professionnel, que ce soit pour la formation ou des besoins ponctuels dans la re-formation.

  • Peux-tu nous parler des données des utilisateurs que vous récoltez sur OpenClassrooms ?

En ce qui concerne le Learning analytics, on dispose de beaucoup de données, assez structurées, avec pas mal de paramètres mais elles sont encore assez peu exploitées. Elles sont enregistrées et mises en place dans des systèmes qui vont loguer l’interaction des utilisateurs : cet utilisateur s’est enregistré à un cours, il a fait un exercice, il a réussi, il a raté, combien de fois l’a-t-il essayé ?, etc., mais il n’y a pas encore d’analyses très globales des données utiles. On commence à bidouiller des choses d’abord dans des visées marketing – pour connaitre, par exemple, la probabilité qu’un utilisateur devienne premium – mais on est pas encore allé sur la manière d’améliorer la formation pour aller jusqu’au bout. On ne pas tout faire en même temps, on s’est concentré sur le marketing, mais ça fait clairement partie de nos plans. On est un peu à la préhistoire du traitement du Learning analytics.

  • Quel bilan faits-tu des MOOC après deux ans d’existence sur votre plateforme ?

L’objectif, c’est encore plus de MOOC et de cours disponibles. On est en train d’évaluer et de raffiner la méthode d’évaluation, de formation, rien n’est fixé. Au début, on était sur quelque chose qui était ouvert tout le temps alors que, justement, les acteurs traditionnels de l’éducation avaient tendance à copier le modèle académique avec des dates fixes. Dès le début, ça ne faisait pas sens, donc on ne l’a pas fait. Et on se rend compte que le secteur académique commence à faire ce qu’on a fait dès le début. Parce que c’est ce que les gens veulent. Ils ne veulent pas attendre le début d’une rentrée scolaire, etc. Par contre, on se trouve ici face aux enjeux du groupement des élèves où on cherche à créer  des interactions sociales. Ce sont des questions qui sont encore à résoudre – dans le marché des MOOC en général, d’ailleurs. Comment accompagne-t-on la personne ? Comment lui propose-t-on un accompagnement personnalisé ? En a-t-elle vraiment besoin ? Et la durée et le coût ? On va donc vers quelque chose de plus en plus personnalisé. Pour moi, l’avenir, grâce au Learning analytics, entre autres, c’est d’être en mesure d’ultra personnaliser l’apprentissage pour pouvoir dire : « Toi, tu as besoin de revenir deux ans en arrière pour revenir sur des choses que tu n’as pas bien comprises, pour ensuite accélérer ; ce sujet ne t’intéresse pas, tu n’en as pas besoin, alors on le passe, etc. ». Prendre un parcours de formation et, au fur et à mesure, selon les besoins, être capable d’enlever ou de rajouter des éléments parce que rien n’est jamais totalement fixé dans le monde dans lequel on vit. Un autre avantage : ce sont des indicateurs pour connaitre la motivation de la personne, pour faire qu’elle ne se sente pas seule.

  • Est-ce lié au développement de l’offre freemium d’OpenClassrooms ?

En fait, on n’a jamais une idée très précise de ce qu’on va faire ; on sait où on va mais on ne sait jamais exactement comment on va l’implémenter. Au début, on n’avait pas forcément les mêmes idées qu’aujourd’hui – ça ne fait que deux ans, donc ça évolue très, très vite. Par ailleurs, les cours sont toujours gratuits sur OpenClassrooms. Ce qui se dessine aujourd’hui – mais ce n’est pas sûr – c’est qu’on va valoriser l’accompagnement pédagogique, le contenu aussi, mais l’accompagnement humain pédagogique. Ce temps-là, humain, est valorisé. Bien-sûr, le contenu l’est toujours mais plutôt par des partenaires académiques ou des entreprises qui financent la création du contenu. On a donc de l’argent pour créer le contenu en ligne. Mais les étudiants ont toujours besoin d’accompagnement et il ne peut pas être réalisé par des algorithmes. L’humain doit être rétribué pour le travail qu’il fait, le temps qu’il a passé à “mentorer“, et au milieu de tout ça OpenClassrooms prend une commission.

  • Un mot sur CourseLab et les futurs objectifs d’OpenClassrooms ?

C’est une initiative créée pour valoriser les créations en cours des utilisateurs : le travail réalisé par des utilisateurs et qui n’est pas vu. Les gens travaillent tout seul pendant des mois et il n’y a pas d’interaction ; les gens ne le voient pas et personne ne lit le début d’un cours qui aurait pu servir. CourseLab est une première pierre, on veut aller plus loin. L’enjeu : comment démultiplier les cours de qualité, en remplissant les trous, en choisissant les priorités et en promouvant les thématiques les plus attendus. Les utilisateurs font des cours sur ce qui les intéressent – ce qui est bien – mais est-ce cohérent avec les attentes du marché et celles de l’utilisateur qui veut se former ? Est-ce bien de faire plusieurs cours sur un même sujet ? On donnerait plutôt la priorité à un modèle où on fait au moins un cours sur un peu tout, avant de faire des doublons. On aimerait que ce soit bien réparti. Faire un cours est très chère, entre 30 000 et 50 000 € pour un seul cours,  et il y a un ingénieur pédagogique qui accompagne chaque auteur. Il y en a en tout une dizaine dans l’équipe. Une des spécificités d’OpenClassrooms : on gère l’ingénierie pédagogique en interne alors que les autres plateformes sont plutôt dans la distribution. Ce qui se défend mais nous on cherche à équilibrer l’homogénéité des cours, la qualité, on se distingue et on veut qu’un cours OpenClassrooms soit reconnu. Et donc, comment mettre à contribution un utilisateur ? C’est compliqué de faire un cours, est-ce que seuls les meilleurs d’entre eux doivent intervenir ? Doit-on produire en interne en faisant venir les auteurs ? En ce moment, on internalise de plus en plus mais alors quand les utilisateurs prennent-ils le relais ? On ne sait pas, on expérimente.

  • Il y a donc dans votre activité des incertitudes et des évaluations constantes, vous réagissez tout le temps face aux situations ?

Comme toutes les start-up, l’incertitude est présente, il n’y a rien de complétement figé, même la notion de conduite du changement ne veut rien dire chez nous. Le changement est quotidien et les gens ont de moins en moins de postes avec un intitulé précis – du type, “directeur marketing“ – ils remplissent un ensemble de rôles en fonction du moment et des besoins, et si quelqu’un a trop de travail dans plusieurs domaines à un moment donné, il va passer certains responsabilités à d’autres personnes, ils se répartissent les rôles. C’est beaucoup plus horizontale chez nous, fluide et distribué, ça permet de s’adapter continuellement au changement et à l’analyse qu’on a des choses. Si on se disait l’éducation c’est comme ça ! Vu la vitesse à laquelle les choses évoluent dans notre domaine, on risquerait très fort de se prendre un mur. Et surtout, on mettrait un ou deux ans avant de faire un comité pour décider d’un changement. Personne n’est assez intelligent pour savoir comment ça va se passer dans deux ans. On ne le prétend pas, on ne fait pas un plan à deux ans ; on a un plan pour aujourd’hui et on adapte au fur et à mesure, c’est la clé dans le fonctionnement de la boite. Ça fait seize ans que je fais ça et je me rends compte qu’il me reste un milliard de choses à découvrir.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 27/09/2015

    […] En savoir + : Mathieu Nebra nous parle du public et des objectifs d’OpenClassrooms […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *