Les plateformes d’e-learning par Christophe Batier

Monsieur Cristophe Batier est le directeur technique de l’ICAP à l’Université de Lyon 1. Il s’est chargé de mettre en place des plateformes d’e-learning au sein de l’université. Il est intervenu à la fois sur le plan pratique et informatique de ces plateformes, appelées aussi LMS (Learning Management System). Il co-fondé en 2002, Spirale, puis en 2013, Claroline Connect. Il travaille également sur les TICE, les technologies de l’information et de la communication pour l’éducation.

Pour l’UE e-learning, j’ai préparé une interview avec Monsieur Batier. Au cours de l’entrevue, je m’intéresse à la conception des plateformes d’apprentissage, leurs fonctionnalités, leurs contextes et enfin leurs évolutions.

 

  • Quels doivent être les fonctionnalités d’une plateforme d’e-learning ?

Les plateformes d’e-learning servent avant tout à faire du dépôt de documents. C’était l’une de leurs premières fonctionnalités, encore très présente aujourd’hui. Pour donner un ordre de grandeur, à l’université de Lyon 1, 1 million de documents ont été répertoriés en ligne. A travers le stockage, c’est la disponibilité de supports online qui est mise en avant. Soit, un dispositif encouragé par les enseignants.

Après, les questionnaires occupent la deuxième place dans les LMS, ils officient le rôle d’évaluation et sont donc très présents. Dans le cas de Lyon 1, il existe 20 000 questionnaires en ligne.

Ensuite, une plateforme d’apprentissage, se doit d’être communicative. Par conséquent, il existe de nombreux modules comme les messageries, les wikis intégrés, les blogs et les outils de travail collaboratif.

Enfin, une LMS doit aujourd’hui répondre aux besoins d’une communauté. Il y a donc un système d’administration des inscrits et des espaces personnels online.

  • Avez-vous des exemples de plateforme dans le domaine pédagogique ?

L’université de Lyon 1 utilise la plateforme Spirale. C’est une LMS disponible en open-source, chacun peut ajouter des fonctionnalités dans le code. Aujourd’hui, cette LMS compte 20 000 inscrits quotidiens. Mais le plus impressionnant reste le nombre de comptes des enseignants, dits « auteur », évalués à 10 000. Ces chiffres démontrent les réseaux associatifs des milieux professionnels et de l’enseignement. En effet, 2 500 enseignants sont rattachés à l’université de Lyon 1 et collaborent avec d’autres universités et des entreprises.

Justement, dans le monde de l’entreprise, les LMS renversent les modes. Les institutions et les firmes cherchent à former leurs employés par e-learning.

  • Quelles technologies de l’Internet sont prédisposées pour l’e-formation (Réseaux Sociaux, Wikis) ? 

Les outils comme les réseaux sociaux sont un bonus, mais il ne faut pas en abuser. Ils se révèlent utile pour cibler un public particulier. De même, si la plupart des participants sont étrangers, ces outils ouvrent une porte internationale. Principalement, leur utilisation débouche sur le rassemblement des étudiants.

Leur seconde particularité est le gain de disponibilité des participants. Le travail est réalisé en asynchrone pour les personnes distantes.

Cependant, les outils changent au fur et à mesure. Les nouvelles technologies permettent d’ajouter des caractéristiques au LMS. Par exemple, le hangout de Google+ a été utilisé avec les premiers moocs, pour partager, twitter, revoir et assister en direct. On s’aperçoit alors que la vidéo est un outil incontournable sur les plateformes d’apprentissage.

  • Quels sont les rapports d’adaptation entre l’enseignement et les plateformes d’e-learning ?

Grâce aux plateformes, de nouveaux champs pédagogiques apparaissent. Les enseignants ont cependant du mal à comprendre les nouveaux enjeux. Notamment, le travail asynchrone reste difficile à appréhender. Lors de la création du concept d’e-learning, beaucoup d’enseignants, n’acceptaient pas de partager un cours avec le grand public. Il voulait fonctionner sous forme de petit groupe, où une classe de 20 personnes devait être gérée. D’ailleurs, Spirale avait été conçu au départ pour être un espace réservé aux professeurs.

De plus, une plateforme doit présenter à la fois des aspects innovants et des critères simples. Le but est de trouver un juste milieu pour les enseignants, eux-mêmes innovants dans leur domaine.

Les concepteurs de LMS ont alors décidé de mettre des prérequis, ce qui a limité le nombre d’utilisateurs et les fonctionnalités. Pour y remédier, aujourd’hui les plateformes sont devenus des espaces collaboratifs pour les professeurs.

  • Quelles seraient les  évolutions des plateformes d’apprentissage?

Récemment, les LMS ont évolué grâce aux MOOCS. Par conséquent, la plateforme est engagée dans un processus de veille constante. Les plateformes évoluent aussi en système de gestion des inscrits. En effet, ce sont des communautés qui se sont inscrits dans les MOOCS.

Après, les LMS deviendront des plateformes de streaming. La vidéo est devenu un élément incontournable, elle est le dispositif le plus utilisé dans les principaux domaines de l’information. Précisément, l’université de Lyon 1 travaille sur des outils d’indexation de vidéos. Le but est de proposer une sorte de vidéo évoluée et mélangée à des notions de wiki. Surtout qu’avec les nouveaux débits de connexion liés à la 4g et les nouveaux supports, accéder aux contenus est rapide et aisé.


Hugo Giret-Butz

Etudiant en Master Architecture de l'Information. De l'informatique, de la com', du journalisme, un savant mélange pour devenir Architecte de l'information.

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle PlusYouTube

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *