Découvrir le e-learning et ses problématiques

5 octobre 2012
Par

Après les lectures, la recherche, les prises de rendez-vous, les péripéties techniques et l’explosion de la deadline, les vidéos sont enfin là !
Ces vidéos proposent une mosaïque de points de vue de spécialistes et d’expérimentateurs du e-learning. Chaque intervenant a été interrogé sur sa conception du e-learning et sur son domaine d’expertise. Les vidéos présentées ici sont des extraits d’interviews beaucoup plus longues (entre vingt minutes et une heure) que nous avons conçues et menées en binômes. Nous avons cherché à en extraire les points les plus percutants.

Partagez, commentez et réagissez sur la balise Twitter #archinfo, ou commentez directement sur le blog !

Les intervenants des vidéos

  • Preetha Ram, co-fondatrice d’Open Study.
  • Mathieu d’Aquin, chercheur au Knowledge Media institute (KMi) au sein de l’Open University de Milton Keynes (Royaume-Uni).
  • Johan Palsson, responsable e-learning, au sein de Volvo Penta, en Suède.
  • Marcel Lebrun, professeur et conseiller en technologies de l’éducation à l’Université de Louvain (Belgique).
  • Shawn Young, enseignant, ancien étudiant en master enseignement, entièrement en e-learning.
  • Mathy Vanbuel, consultant et expert en technologies multimedia pour l’éducation auprès de la commission européenne.
  • Denis Bédard, professeur au Département de pédagogie de la Faculté d’éducation de Sherbrooke, directeur du Centre d’étude et de développement pour l’innovation technopédagogique (CEDIT).
  • Thomas Michael Power, professeur à la faculté des sciences de l’Education de l’Université de Laval au Canada (département d’études sur l’enseignement et l’apprentissage).

L’enseignement en ligne : un nouveau rapport à l’enseignement

L’enseignement en ligne ouvre de nouvelles voies à l’enseignement en général : il permet de le repenser et… de le secouer! Thomas Michael Power et Denis Bédard, fervents défenseurs de ces nouvelles formes hybrides d’apprentissage, pensent néanmoins que les nouvelles technologies ne sont qu’un outil et qu’elles doivent renforcer ce qui fonctionne déjà, un outil puissant au service d’un contenu pédagogique réfléchi mettant en action et interaction les apprenants.

Un merci tout spécial à Thomas Michael Power pour nous avoir fait découvrir l’apprentissage en ligne via sa classe virtuelle. Expérience étonnante et extrêmement intéressante !

Pour l’entreprise, un outil de formation de masse efficace

Johan Palsson, responsable e-learning au sein de Volvo Penta en Suède, semble ravi du passage au e-learning pour la formation des personnels de Volvo ou de ses partenaires. Le e-learning, c’est pour l’entreprise un gain de temps et donc d’argent. Mais que valent ces compétences acquises en e-learning pour le recruteur ? Quelque chose, c’est sûr… Mieux que rien, semble dire notre interlocuteur suédois.

L’Open Education, une utopie réaliste ?

Quels sont les enjeux politiques et économiques que pose aujourd’hui le e-learning ? Répondre à cette question implique forcément de jeter un œil du côté de l’Open Education. Or qui de mieux pour nous éclairer sur cette utopie moderne que Preetha Ram, co-fondatrice de OpenStudy et grande prêtresse de l’éducation libre pour tous ?

L’ergonomie, on s’en fiche !

Les plateformes en ligne qui supportent les dispositifs d’enseignement à distance ont tout à envier aux outils du web 2.0. Véritables usines à gaz démesurées, adaptées à l’usage de tous mais très peu aux exigences de chacun, comment faire pour que ces Learning Management Systems ne soient pas un obstacle entre l’étudiant et les apprentissages ?
Peu importe le flacon, dit en quelque sorte Mathy Vanbuel, pourvu qu’on ait la pédagogie ! Car c’est cela que les étudiants viennent chercher : non des contenus, disponibles partout et à tout moment, mais un enseignant qui va les guider dans le processus d’apprentissage. Pour le reste… ils s’habituent même à Moodle !

Repenser les Learning Management System

Avec le  web 2.0 les plateformes de e-learning arrivent à un tournant de leur histoire. Leur architecture doit être repensée pour faciliter l’interaction avec les  réseaux sociaux. C’est cette transition que nous raconte Marcel Lebrun, créateur de Claroline.

Mettre à profit les apports du web de données

Organiser l’accès aux ressources éducatives sur le Web, c’est le défi que relèvent les principes et technologies du web sémantique. Mathieu d’Aquin nous parle des ontologies, du Linked Data, des réseaux sociaux d’apprenants et de la réutilisation des données d’activité.

Et l’étudiant dans tout cela ?
Le e-learning se développe et déjà apparaissent les premières génération d’étudiants ayant fait l’ensemble de leur formation de cette manière. Quel est leur point de vue ? Comment sont-ils évalués ? Pour répondre à ces questions nous avons interrogé Shawn Young, titulaire d’une maîtrise en éducation obtenue en e-learning. L’occasion d’avoir le point de vue d’un étudiant sur plusieurs grandes questions du e-learning.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Votre avis nous intéresse … dans les commentaires !


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , ,

Posté dans : Billets

6 commentaires pour “ Découvrir le e-learning et ses problématiques ”

  1. elharbaoui elassaad le 13/11/2012 à 22:58

    cet article est très intéressant pour moi de l’ongle qu’il me donne des idées sur différents jugements de plusieurs aspects que traite e-learning. ( aspects pédagogique, économiques , techniques…) . l’enseignement à distance en Tunisie est encore jeune mais je pense l’obligation de voir ce qui se passe au cours de l’apprentissage et d’approfondir la recherche sur les critères que doit satisfaire un enseignement en ligne en tenants compte des dimensions qui peuvent intégrés l’enseignement à distance à savoir ( le conflit socio cognitif, la motivation de l’apprentissage , le travail des obstacles…)
    e-learing fait partie aussi de mes intérêt de recherche sur l’approche didactique de enseignement,t à distance en Tunisie .

  2. cvaufrey le 05/10/2012 à 21:21

    Bonjour,

    Bravo pour cet article qui, en finalement peu de mots, propose de nombreux points de vue ! Et vous, qu’en pensez-vous, de ce e-learning ?
    Rédactrice en chef de Thot Cursus (www.cursus.edu), site francophone qui analyse depuis 15 ans les progrès du e-learning et, plus largement, de l’utilisation des outils et ressources numériques pour apprendre et se former, je constate que le temps des LMS est compté. Du moins, sur le papier ou plutôt sur la toile… car la crainte de l’ouverture existe bel et bien, en matière d’enseignement. On dirait parfois que les cours abritent des matières aussi précieuses que l’or de Fort Knox !
    A l’autre extrémité du spectre, il y a d’une part le mouvement de l’open education dont vous avez parlé, et celui des Moocs, cours en ligne ouverts à tous, qui rassemblent des milliers de participants. Les Moocs sont nés au Canada (anglophone), sont passés aux Etats-Unis au prix de quelques transformations majeures, ont passé l’Atlantique et se sont posés en Grande-Bretagne avant d’arriver enfin en France ces jours-ci. Depuis le 4 octobre en effet, j’anime avec 3 collègues travaillant en écoles d’ingénieurs le premier Mooc francophone “ITYPA : Internet, tout y est pour apprendre”. que vous trouverez ici : http://www.itypa.mooc.fr . Hier soir, lors de l’ouverture, il y avait 914 inscrits à ce cours… Alors, je vous invite à le rejoindre vous aussi, nous y aurons sans doute de très fructueux échanges !

    • cjouneausion le 05/10/2012 à 21:51

      Bonjour Christine ! Merci de ton commentaire et bravo pour ce MOOC qui, je dois te l’avouer, nous a interpelés cet après midi même. Nous t’en parlerons plus tard par courriel. Quand à ce que nous pensons du e-learning… Je peux te dire ce que j’en pense moi. Nous suivons un cours en enseignement hybride : une présentation du cours sur la plateforme Moodle, un rendez-vous en présentiel pour expliciter le cours et le projet qui lui est associé, puis les interactions avec l’enseignant se passent en ligne. Quant aux étudiants, ils travaillent ensemble à ce projet collectif, coopérant, collaborant.
      Les interactions en ligne avec l’enseignant sont tout à fait satisfaisantes : il est réactif, ainsi que l’ingénieur pédagogique. Mais côté étudiants, malgré un groupe très soudé et dynamique, il y a des aspects difficiles. Pour organiser le travail, nous avons énormément besoin de nous voir (nous sommes une dizaine). Et nous avons besoin d’autres outils que la plateforme Moodle utilisée pour travailler ensemble à nos projets. Il faut des outils qui fassent l’unanimité car qu’un seul ne les utilise pas et le travail ne peut se faire normalement. Notre expérience dans ce domaine nous a rappelé le sujet de ITYPA ! Ce travail collaboratif en partie à distance nécessite aussi des étudiants connectés et réactifs, aux emplois du temps compatibles. Pas toujours facile ! Car dire que le e-learning abolit les contraintes de temps et d’espace, c’est sûrement vrai pour un e-learning s’adressant à des individus qui travaillent seuls, c’est complètement irréaliste pour ce qui concerne les pédagogies travaillant aussi le collectif !

  3. esanchez le 05/10/2012 à 15:47

    Bravo aux étudiants d’être allés au bout de ce travail ! On attend les commentaires et les réponses aux commentaires et on en reparle lundi 13h30, salle 117… EN PRESENTIEL (pour une fois !)

  4. @samdrine le 05/10/2012 à 15:30

    Bonjour
    Enseigner c’est faire signe , sur le parcours d’un apprenant en route vers des savoirs qui accroitront sa viabilité (je fais court donc excuser l’emporte pièce)… Pour que cet enseignement soit efficace, on sait qu’il faut des interactions, (et donc des signes mais aussi un milieu). Il faut aussi des repères et des outils pour aider l’apprenant à structurer sa pensée, organiser les nouveaux savoirs avec les anciens, mettre tout cela en perspectives de sens etc… tout cela peut se dire de plein de façons selon les théories auxquelles on s’adossent, mais bref vous voyez…
    Tout cela pour dire que je trouve qu’actuellement on construit des environnements dédiés aux enseignements à distance en ne prenant pas assez en compte les différents besoins de la dynamique d’apprendre. Pour les interactions: est ce que je suis anonyme, est ce que je suis inscrit, enrolé dans la formation? est ce que je peux développer un sentiment d’appartenance à un groupe identifié dont je reçois et à qui je peux donner? est ce que je peux repérer les savoirs et compétences en jeu et est ce que je peux structurer selon mes modalités cognitives?
    Pour l’instant je n’ai pas vu dans les dispositfs que vous exposez suffisament d’éléments qui permettent à l’apprenant de collecter et structurer les signes des enseignants (tuteur instituionnels et autres apprenants qui eux aussi font signes).. les moteurs de recherche , les outils ontologiques aident beaucoup mais apprendre est un acte créateur de soi même et je dois pouvoir manipuler tout cela et en garder une trace…. Bref manager ces apprentissages pour transformer les parties en un tout… Penser le e-learning et ses problèmes, c’est d’abord penser l’apprentissage et ses solutions… et ensuite penser à traduire les pratiques sans oublier trop de ce qui est souvent informel ou inconscient… C’est pourquoi j’étudie surtout la relation pédagogique avant de penser le learning et c’est pourquoi j’ai pensé la solution d’espaces virtuels collaboratifs KMB360 (Knowledge Management) dédié à l’apprentissage. Dans le cadre de vos travaux, vous pourriez essayer et me dire ce que vous en pensez. https://www.kmb360.com/kmb360/ …commencez par demander des comptes et on en reparle…
    cordialement
    Au fait… Bravo pour cette belle collection d’avis pertinents et bien complémentaires!

    • cjouneausion le 05/10/2012 à 21:35

      Bonjour Sandrine, et merci pour ton long commentaire. Je trouve ton approche très pertinente et pas si éloignée de ce que disent Denis Bédard, Mathy Vanbuel et quelques autres : ce qui prime c’est la relation pédagogique.

Laisser un commentaire

Master Archinfo

> Référentiel de compétences

> Présentation, Programme, Candidature

> INF14 Modèles et dispositifs pour l'enseignement à distance (elearning, enseignement hybride)


Carnets de recherche