Journée “technologisation” de l’enseignement supérieur avec Michael Power

Dr. Thomas Michael Power
Dr. Thomas Michael Power

 

 

 

 

Le 15/12, Michael Power sera pour la 1ère fois à Lyon pour tenir une conférence sur l’e-learning. Proposé par les étudiants du Master Architecture de l’Information de l’ENS, l’événement aura lieu au Learning Lab situé sur le campus d’Ecully à partir de 14h jusqu’à 17h.

L’Université Postmoderne

Pour marquer la fin d’année, les étudiants du Master Architecture de l’Information à l’ENS ont décidé d’inviter Michael Power à s’exprimer sur l’e-learning. L’événement aura lieu le lundi 15 décembre, dans les locaux du Learning Lab d’Ecully. Le professeur chercheur s’exprimera sur Unis vers (la) Cité…l’Eclosion d’un système universitaire postmoderne.

Le Learning Lab d'Ecully. Crédit Photo : ec-lyon.fr
Le Learning Lab d’Ecully. Crédit Photo : ec-lyon.fr

Comment assister à la conférence ?

Vous devrez vous inscrire sur ce lien (Redirection vers Moodle). Tout intéressé ou curieux sera le bienvenu. Les places sont limitées à 40 personnes.

Comment Venir ?

Le Learning Lab est situé au 93, chemin des Mouilles, 69130 Ecully

Bus n°3 : Itinéraire à suivre entre la place Bellecour et le campus Lyon Ouest

Carte du Learning Lab 

Pour plus d’informations sur les réalisations des étudiants du Master Architecture de l’Information en partenariat avec Michael Power et d’autres spécialistes des MOOCs, nous vous invitons à regarder l’interview de Michael Power et l’e-learning en 22 questions.

Article réalisé par Hugo Giret-Butz, Fabian Ramirez Flores et Laurence Tranchand

Évènement organisé sous la tutelle d’Eric Sanchez 

Hugo Giret-Butz

Etudiant en Master Architecture de l'Information. De l'informatique, de la com', du journalisme, un savant mélange pour devenir Architecte de l'information.

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle PlusYouTube

Bienvenue !

L’UE INF_14 est maintenant ouverte . Cette UE est une introduction aux problématiques de l’enseignement hybride et en ligne. Elle aborde les questions pédagogiques qui se posent pour la conception de ce type de dispositif de formation/enseignement (autonomie de l’apprenant, tutorat, travail collaboratif, travail asynchrone, évaluation) en lien avec la mise en oeuvre d’approches centrées apprenant (approches par compétences, pédagogie de projet, apprentissage par problèmes, apprentissage par situations professionnelles). Différents modèles pédagogiques qui sous-tendent les dispositifs en ligne ou hybrides sont présentés (BOLD, HyFlex, Flipped Classroom…).

Le plan de cours peut également être consulté en ligne. Tous les étudiants ont été inscrits à l’UE de manière à ce que vous puissiez accéder aux détails du déroulement des activités et les modalités du premier cours sur la plateforme pédagogique.

 

 

L’éclosion d’un système universitaire postmoderne, une conférence par Michael Power

MPower-2013Michael Power Ph. D. est professeur chercheur dans le domaine du design pédagogique, de la technologie éducative et de l’enseignement à distance. Le lundi 15 décembre 2014 à 14h, il sera au Learning Lab Idea pour nous parler d’e-learning.

Unis vers (la) cité… l’éclosion d’un système universitaire postmoderne

Voici les premières thématiques évoquées par M. Power.

« Selon les besoins pressentis en enseignement supérieur pour la décennie à venir, il est évident qu’à l’échelle mondiale, l’université devra amorcer un virage important au niveau de sa capacité à répondre aux besoins sociétaux qui sont en forte croissance. Toutefois, il existe des avis diamétralement opposés, défendus par divers acteurs de l’enseignement supérieur, quant aux finalités que ce virage doit viser à un moment où des puissantes forces externes à l’Académie planent au-dessus d’elle. »

« Dans le cadre de cette conférence, nous présenterons un état de la question quant à la technologisation croissante de l’enseignement supérieur, et ce du point de vue des stratégies de décentralisation déjà mises en œuvre en enseignement supérieur. Le conférencier examinera ces stratégies à la lumière du degré d’appropriation de la technologie par les membres du corps professoral dans les universités dites bimodales (c’est-à-dire offrant un enseignement à la fois sur campus et à distance). Ce faisant, il critiquera diverses pratiques connues sous les vocables tels que FAD/FOAD, apprentissage en ligne et enseignement dit hybride. »

« La question d’un nécessaire arrimage entre les paramètres cruciaux d’accessibilité, de qualité et de coût-efficacité sera également abordée. En conclusion, le conférencier fera un plaidoyer en faveur d’un modèle durable d’intégration technologique en enseignement supérieur favorisant un compromis entre les diverses priorités des acteurs ».

N’hésitez pas à vous rendre sur la page Journée technologisation de l’enseignement supérieur, pour plus de précisions.

Article réalisé par Hugo Giret-Butz, Fabian Ramirez, Laurence Tranchand Granger et Chloé Demarbaix.

 

Hugo Giret-Butz

Etudiant en Master Architecture de l'Information. De l'informatique, de la com', du journalisme, un savant mélange pour devenir Architecte de l'information.

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle PlusYouTube

Le tutorat à distance

Dans le cadre des dispositifs d’enseignement à distance, les tuteurs se voient attribuer des fonctions diverses, favorisant le rapport des apprenants au savoir.

Ils doivent non seulement faciliter l’interaction des apprenants avec les supports et contenus pédagogiques, mais également avec l’institution responsable du dispositif, ainsi qu’avec les autres apprenants.

Les tuteurs demeurent toutefois un soutien pour les apprenants avant tout.

Sans titre-1v6

Texte et Infographie Réalisés par :

Ariane Faraldi, Lucile Hertzog, Chloé Demarbaix, Laurence Tranchand-Granger, Fabian Ramirez et Hugo Giret-Butz.

 

L’e-learning en 22 questions : retour sur deux semaines d’investigation

Depuis deux semaines, nous découvrons le vaste domaine de l’e-learning. Curieux et intéressés, nous y sommes entrés par la petite porte, celle de la méconnaissance du champ et des quelques préjugés qui le caractérisent. Nous sommes étudiants en architecture de l’information, nous travaillons sur l’enseignement à distance et voici ce que nous avons fait ces deux dernières semaines.

Fruit d’une première phase d’investigation, nous avons concocté cet outil conceptuel, en forme de rapport d’étonnement, destiné à fournir une première marche pour entrer de plain-pied dans le sujet.

Nos lectures et nos échanges avec les spécialistes internationaux de l’e-learning (voir nos interviews publiées précédemment) ont répondu aux questions que, néophytes, nous nous posions au moment de débuter. Ces réponses ont amené d’autres questions, et c’est précisément ce nouveau questionnement que nous voulons partager avec vous. Plutôt qu’une synthèse traditionnelle et à l’inévitable obsolescence, nous avons préféré un support ouvert, représentatif de notre réflexion et en forme de point d’interrogation.

Le propos est structuré autour de quatre grands thèmes, chacun décliné en une série de questions. Le tour d’horizon n’est pas exhaustif naturellement, et nous aurions encore beaucoup à dire, mais l’exercice consiste justement à donner une représentation de notre compréhension, à un instant t. Nous avons donc procédé à des choix et vous vous étonnerez peut-être de ne pas voir traitées des questions qui vous paraissent essentielles. Heureusement, la discusion reste ouverte, et le débat possible. Nous serions d’ailleurs contents de recueillir vos éclaircissements – les commentaires sont faits pour ça.

Une nouvelle fois, nous remercions chaleureusement les professionnels qui se sont prêtés à l’exercice et ont accepté de répondre à nos questions :  Christophe Batier, Christelle Lison, Preetha Ram, Michael Power, Mathieu d’Aquin, Marcel Le Brun. Vous trouverez d’ailleurs dans leurs propos des éléments de réponse aux questions que nous avons formulées, n’hésitez pas à retourner jeter un oeil à leurs interviews.
Ariane, Anna Leah, Chloé, Fabian, Guillaume, Hugo, Laurence & Lucile.

Les plateformes d’e-learning par Christophe Batier

Monsieur Cristophe Batier est le directeur technique de l’ICAP à l’Université de Lyon 1. Il s’est chargé de mettre en place des plateformes d’e-learning au sein de l’université. Il est intervenu à la fois sur le plan pratique et informatique de ces plateformes, appelées aussi LMS (Learning Management System). Il co-fondé en 2002, Spirale, puis en 2013, Claroline Connect. Il travaille également sur les TICE, les technologies de l’information et de la communication pour l’éducation.

Pour l’UE e-learning, j’ai préparé une interview avec Monsieur Batier. Au cours de l’entrevue, je m’intéresse à la conception des plateformes d’apprentissage, leurs fonctionnalités, leurs contextes et enfin leurs évolutions.

 

  • Quels doivent être les fonctionnalités d’une plateforme d’e-learning ?

Les plateformes d’e-learning servent avant tout à faire du dépôt de documents. C’était l’une de leurs premières fonctionnalités, encore très présente aujourd’hui. Pour donner un ordre de grandeur, à l’université de Lyon 1, 1 million de documents ont été répertoriés en ligne. A travers le stockage, c’est la disponibilité de supports online qui est mise en avant. Soit, un dispositif encouragé par les enseignants.

Après, les questionnaires occupent la deuxième place dans les LMS, ils officient le rôle d’évaluation et sont donc très présents. Dans le cas de Lyon 1, il existe 20 000 questionnaires en ligne.

Ensuite, une plateforme d’apprentissage, se doit d’être communicative. Par conséquent, il existe de nombreux modules comme les messageries, les wikis intégrés, les blogs et les outils de travail collaboratif.

Enfin, une LMS doit aujourd’hui répondre aux besoins d’une communauté. Il y a donc un système d’administration des inscrits et des espaces personnels online.

  • Avez-vous des exemples de plateforme dans le domaine pédagogique ?

L’université de Lyon 1 utilise la plateforme Spirale. C’est une LMS disponible en open-source, chacun peut ajouter des fonctionnalités dans le code. Aujourd’hui, cette LMS compte 20 000 inscrits quotidiens. Mais le plus impressionnant reste le nombre de comptes des enseignants, dits « auteur », évalués à 10 000. Ces chiffres démontrent les réseaux associatifs des milieux professionnels et de l’enseignement. En effet, 2 500 enseignants sont rattachés à l’université de Lyon 1 et collaborent avec d’autres universités et des entreprises.

Justement, dans le monde de l’entreprise, les LMS renversent les modes. Les institutions et les firmes cherchent à former leurs employés par e-learning.

  • Quelles technologies de l’Internet sont prédisposées pour l’e-formation (Réseaux Sociaux, Wikis) ? 

Les outils comme les réseaux sociaux sont un bonus, mais il ne faut pas en abuser. Ils se révèlent utile pour cibler un public particulier. De même, si la plupart des participants sont étrangers, ces outils ouvrent une porte internationale. Principalement, leur utilisation débouche sur le rassemblement des étudiants.

Leur seconde particularité est le gain de disponibilité des participants. Le travail est réalisé en asynchrone pour les personnes distantes.

Cependant, les outils changent au fur et à mesure. Les nouvelles technologies permettent d’ajouter des caractéristiques au LMS. Par exemple, le hangout de Google+ a été utilisé avec les premiers moocs, pour partager, twitter, revoir et assister en direct. On s’aperçoit alors que la vidéo est un outil incontournable sur les plateformes d’apprentissage.

  • Quels sont les rapports d’adaptation entre l’enseignement et les plateformes d’e-learning ?

Grâce aux plateformes, de nouveaux champs pédagogiques apparaissent. Les enseignants ont cependant du mal à comprendre les nouveaux enjeux. Notamment, le travail asynchrone reste difficile à appréhender. Lors de la création du concept d’e-learning, beaucoup d’enseignants, n’acceptaient pas de partager un cours avec le grand public. Il voulait fonctionner sous forme de petit groupe, où une classe de 20 personnes devait être gérée. D’ailleurs, Spirale avait été conçu au départ pour être un espace réservé aux professeurs.

De plus, une plateforme doit présenter à la fois des aspects innovants et des critères simples. Le but est de trouver un juste milieu pour les enseignants, eux-mêmes innovants dans leur domaine.

Les concepteurs de LMS ont alors décidé de mettre des prérequis, ce qui a limité le nombre d’utilisateurs et les fonctionnalités. Pour y remédier, aujourd’hui les plateformes sont devenus des espaces collaboratifs pour les professeurs.

  • Quelles seraient les  évolutions des plateformes d’apprentissage?

Récemment, les LMS ont évolué grâce aux MOOCS. Par conséquent, la plateforme est engagée dans un processus de veille constante. Les plateformes évoluent aussi en système de gestion des inscrits. En effet, ce sont des communautés qui se sont inscrits dans les MOOCS.

Après, les LMS deviendront des plateformes de streaming. La vidéo est devenu un élément incontournable, elle est le dispositif le plus utilisé dans les principaux domaines de l’information. Précisément, l’université de Lyon 1 travaille sur des outils d’indexation de vidéos. Le but est de proposer une sorte de vidéo évoluée et mélangée à des notions de wiki. Surtout qu’avec les nouveaux débits de connexion liés à la 4g et les nouveaux supports, accéder aux contenus est rapide et aisé.

Hugo Giret-Butz

Etudiant en Master Architecture de l'Information. De l'informatique, de la com', du journalisme, un savant mélange pour devenir Architecte de l'information.

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle PlusYouTube

Interview de Christelle Lison, professeur à l’Université de Sherbrook.

Les recherches de Christelle Lison portent essentiellement sur la pédagogie de l’enseignement supérieur et les innovations pédagogique. Elle enseigne essentiellement à distance, grâce à la plateforme Via, à un public varié (masterants, post-docs, professeur titularisés…). C’est sur ses pratiques d’e-learning que nous l’avons interrogée dans cette interview, réalisée dans le cadre du cours d’e-learning. L’ensemble des questions portent ainsi sur l’enseignement en ligne dans le cadre universitaire canadien, et une partie d’entre elles est plus précisément focalisée sur les rapports entre méthodes d’e-learning et nombre d’étudiants

De cet échange on retiendra tout d’abord que l’e-learning facilite le transfert des connaissances. Il est donc adapté aux nouveaux objectifs de professionnalisation de l’Université. L’apprentissage en ligne est ainsi prioritairement utilisé dans le cadre de formations continues, mais également spécialisées. Il permet notamment à des étudiants de suivre des cursus qui ne sont pas enseignés dans les universités de leur province. Les pratiques d’enseignement en ligne varient selon les attentes et les besoins des étudiants (des professeurs ressentent par exemple le besoin d’avoir cours de façon synchrone ponctuellement, ce qui n’est pas forcément le cas des étudiants de master pour qui l’enseignement asynchrone convient tout à fait), mais aussi selon leur nombre. Il est difficile d’enseigner à une classe dont le nombre d’élèves est supérieur à 30. Enfin, l’engagement des étudiants dépend de celui des autres, mais également des professeurs.

 

Interview avec Preetha Ram, CEO of OpenStudy.com

J’ai décidé d’interviewer à Mme Preetha Ram,  une américaine leader en l’éducation,  qui a développé une start-up dans le cadre de l’apprentissage et de l’enseignement en ligne. Je trouve ce sujet très intéressant pour découvrir le monde de la création de nouveaux services pour le e-learning qui ne font pas partie d’une institution éducative.

Le but de OpenStudy.com est de créer un site internet où les étudiants peuvent se rencontrer pour s’aider les uns les autres à étudier, pour trouver des solutions et des réponses à ce qu’ils n’ont pas compris à l’école.

Sur OpenStudy.com les étudiants se connectent avec les autres pour étudier la même chose. Il s’agit d‘apprentissage collaboratif en ligne.

Preetha Ram a fait un Master Chimie à la University of Illinois, un MBA à Emory University et un doctorat (PhD, Chemestry) à Yale University, aux États Unis.

Preetha Ram a travaillé dans le domaine de l’enseignement (Sciences and Education Programs) et a obtenu hauts postes administratives et directives en différentes universités et organismes. Aujourd’hui elle est conseillère sur l’avenir de l’apprentissage à l’Institute for the Future, à la Californie.

Questions 

  1. What are the difficulties you encountered with teaching and learning methods, in creating this web site?
  2. How do you know that you are supplying the appropriate tools in your site in order to facilitate the learning process for users ?
  3. How do you think the role of teachers is going to evolve in the upcoming years, in a world full of web applications, and web services in general, such as your site or the Massive Open Online Courses offered by Canvas Network, edx, iTunes university, for example ?
  4. How will e-learning applications change our way of conceiving “face to face” education in schools ?
  5. What business model did you apply in developing a  web site like OpenStudy? How is your site financially supported ?

@preetharam on Twitter

Interview de Michael Power, Canada

Thomas Michel Power est professeur à la faculté des Sciences de l’Education de l’Université de Laval au Canada (département d’études sur l’enseignement et l’apprentissage). Chercheur en technologie éducative, il travaille depuis plus de 25 ans au développement de l’enseignement à distance à l’université.
Ses projets de recherche sont orientés sur le design d’interface (humaines-machines), la création d’environnements conviviaux (qualité, accessibilité, efficacité).

Ci-dessous Thomas Michael Power donne son avis sur le design d’interface et l’avenir des plateformes d’apprentissage en ligne :

 

Les Avantages apprentissage en ligne :

L’e-learner peut parfois obtenir le statut d’étudiant et à la possibilité d’accéder à des experts à travers le monde.
L’apprentissage en ligne est plus adapté au niveau Master, on a aussi affaire à des personnes qui reviennent aux études et cherchent des moyens flexibles.
Les professeurs gagnent à intérargir avec des étudiants de différents niveaux et de différentes nationalités. Ils ne sont plus confinés à la salle de classe.
Les échanges interactifs conviviaux se font grâce aux classes virtuelles (utilisant les technologies synchrones et asynchrones). Crucial sur le plan pédagogique.
On apprend que cela coûte 3$ par trimestre pour inscrire un étudiant. Les utilisateurs ont leur propre équipement.

Les Avantages de l’apprentissage présentiel :

Au premier cycle (licence), la présence au campus est encore importante pour l’étudiant : bibliothèque, laboratoires, socialisation, développement d’une identité professionnelle.

L’avenir :

Aujourd’hui à l’Université Laval : 20% des inscriptions représentent des étudiants étrangers. De plus en plus d’étudiants sont hors campus. L’apprentissage en ligne a déjà fait évoluer le système éducatif classique (développement massif des cours en ligne).
Nous sommes dans une phase transitoire, vers un réseau universitaire d’envergure mondiale.
Dans la décennie à venir, on prévoit un transfert massif de l’activité en ligne. Plus la nécessité de se déplacer au campus, à l’université, au pays. Le système éducatif actuel se modifie et s’élargie.

Plus d’infos :

– BOLD (blending online learning design) : l’enseignement hybride en ligne avec combinaison synchrone/asynchrone.
– Webinaire = séminaire en ligne
– Journal Online Learning and Teaching (MERLOT JOLT) : http://jolt.merlot.org/
– International Review of Research in Open and Distance Learning (IRRODL) http://www.irrodl.org/index.php/irrodl

Interview de Mathieu d’Aquin 26-09_2014

Je remercie Mathieu d’Aquin, chercheur au Knowledge Media Institute pour l’interview. Ses recherches portent principalement sur le web sémantique. Il a également travaillé sur le suivi et la gestion des renseignements personnels en ligne. Il participe activement aux projets liés à l’éducation, notamment avec l’Open University.  C’est pourquoi, j’ai choisi cinq questions liées à la formation à distance et plus particulièrement aux MOOCs (Massive Open Online Courses).

Question 1

J’ai vu que vous aviez beaucoup travaillé sur les thèmes de l’éducation et la formation à distance. Quels sont les avantages, selon vous, de développer l’e-learning pour une université ?

Question 2

Selon vous, les certificats de réussite en ligne pourront-ils bénéficier de la même reconnaissance qu’un diplôme classique ?

Question 3

Comment pouvez-vous expliquer l’important taux d’abandon dans les MOOCs ?

Question 4

Comment peut-on analyser la réussite d’un MOOC ? Peut-on s’appuyer sur les traces laissées par les étudiants?

Question 5

Vos travaux portent essentiellement sur le web sémantique. Pouvez-vous m’expliquer le rôle du web sémantique dans la construction d’un cours à distance ?

L’apprentissage collaboratif par Marcel Lebrun de l’Université Catholique de Louvain. 22-09-2014

Marcel Lebrun est professeur, conseiller en technologies de l’éducation. Ses domaines de recherche sont les technologies et l’éducation, les dispositifs pédagogiques innovants, la pédagogie universitaire et la formation des enseignants. Merci à Mr Lebrun pour sa gentillesse et sa disponibilité.

En quoi la collaboration développée grâce au web  est-elle différente des travaux de groupe en classe ?

L’apport logistique 

Un des intérêts de la collaboration grâce au web 2.0 vient de l’apport logistique pour l’encadrement des apprenants, pour l’encadrement des différents groupes. L’enseignant en quelques clics de souris répartit le travail par groupe beaucoup plus facilement.

L’apport pour l’apprentissage

Existe-t-il un intérêt  du web 2.0 pour l’apprentissage ? En groupe de travail traditionnel il est difficile de conserver les traces du travail de groupe, les paroles s’envolent. Dans le cadre du travail collaboratif sur le web 2.0,  il existera des traces des travaux et des réflexions des élèves. Exemples : le travail réalisé peut être transmis à quelqu’un d’absent, l’enseignant rappellera également plus facilement les consignes, l’enseignant peut répartir plus facilement les rôles.

Le travail de groupe collaboratif sera une sorte d’extension de notre mémoire informationnelle, mais aussi de notre mémoire procédurale et relationnelle.

C’est une des valeurs ajoutées du travail de groupe collaboratif.

Il existe également une meilleure contextualisation des travaux de groupe :

Lors des phases de divergence, le web 2.0 permet de garder  les raisons du désaccord : ceci est important pour revenir sur les différentes étapes de la réflexion du groupe. Lors des phases de convergence toujours plus difficiles dans le travail en groupe, les cartes conceptuelles en ligne permettent plus de fluidité dans le travail de groupe.

La convergence = la véritable intelligence de groupe. Les technologies apportent beaucoup au travail collaboratif.

Les exemples de classe inversée dans les cours de Marcel Lebrun

M. Lebrun conte sa classe, comment il utilise la distance, la collaboration.

Il s’agit ici d’un mélange de classe inversée, d’ enseignement transmissif, d’évaluation par les pairs et d’apprentissage collaboratif.

Blog de Marcel Lebrun

Laurence Tranchand Granger

Professeur documentaliste. Master Archinfo, promotion 2014.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Le MOOC sur l’économie du web : Jean-Michel Salaün vous en parle.

Inventés par les Américains dans les années 2000 mais pratiqués aujourd’hui presque dans tous les pays du monde, les cours en ligne ouvert et massifs (MOOC) sont devenus de nouveaux modèles d’apprentissage qui gagnent de plus en plus du terrain.

En France, ce phénomène des Mooc s’est aussi matérialisé par la mise en place d’ITYPA qui en est à sa deuxième saison et qui est conçu dans le but de permettre à chacun de construire son environnement d’apprentissage personnel.

Ainsi pour mieux comprendre les MOOC du point de vue pratique, nous avons interviewé M. Salaün qui enseigne l’économie du WEB dans un Mooc. Cela dans le but de saisir les modalités d’enseignement dans le mooc mais aussi de pouvoir distinguer en général les MOOC qui se basent sur un enseignement à distance de l’enseignement présentiel où les cours en présentiel.

Question 1
Vous êtes un professeur et vous enseignez l ‘économie du web dans un MOOC.
Quelles sont les ressources et les supports de cours que vous utilisez pour enseigner dans ce dispositif ?

Question 2
Comment se passe l’interaction entre vous et les apprenants à travers le MOOC ?

Question 3
Est ce qu’avec ce MOOC vous parvenez à identifier chaque apprenant et à l’encadrer dans son processus d’apprentissage vu que c’est en ligne ?

Question 4
Etant donné que tous les apprenants doivent être évalués comment et sous quels formats cela se fait à travers le MOOC ?

Question 5
Quelle est la place et le rôle de l’apprenant dans le MOOC sur l’économie du web ?

Question 6
Vous pratiquez l’enseignement à distance et celui du présentiel
En quelques phrases, quelle vision d’avenir avez-vous sur ces deux manières d’enseigner ?

Openclassrooms, exemple d’un MOOC

Lesiteduzero a changé de nom !

Mathieu Nebra, le co-fondateur de ce MOOC est là pour nous expliquer l’ouverture vers plus d’apprenants en utilisant davantage les vidéos et les outils multimédias.  Il souligne aussi une volonté d’introduire davantage d’accompagnement de l’élève  – on se dirige plus vers un cMOOc – tout en expliquant que ce type d’approche peut constituer une économie sur les cours répétitifs des enseignants…

0 :00      QUESTION 1 : Nous nous sommes rencontrés au Blend Web Mix 2013 à Lyon alors que vous donniez une conférence intitulée « Développeur, notre métier est accessible à tous ! »

Je rappelle aussi que vous êtes un des co-fondateurs d’openclassrooms anciennement site du zéro. Pouvez-vous nous expliquer comment votre expérience personnelle vous a amené  à créer ce type de site web d’enseignement en ligne ?

2 :37      QUESTION 2 Lors de la conférence citée, vous encouragiez le partage des savoirs en ligne. Quelles sont d’après vous les raisons pour lesquelles il est nécessaire de partager des contenus en ligne ?

8 : 57     QUESTION 3 Pourriez vous réagir aux propos de Michel Buffa de W3C qui compare son MOOC de « 3 heures de HTML5 d’un haut niveau » aux « 4 vidéos de 1min. 30 » qu’il est allé voir sur votre site pour conclure que son MOOC, lui, «c’est du sérieux ! ». Cela pose alors la question de  la « recette » d’un bon cours en ligne, ou de ce qu’il faut ou ne faut pas faire ?

15 :05    QUESTION 4  C’est la première fois que j’ai senti une compétition entre les acteurs du cours en ligne, ce qui me fait dire que l’éducation est certainement un des enjeux du web de demain. Y a-t-il un risque que l’éducation devienne un E-marché comme les autres ?

18 :19    QUESTION 5 Quelles différences utilisateur y a-t-il entre le siteduzéro et openclassrooms ? et quels sont les projets d’openclassrooms dans les quelques années qui viennent?

À propos de MOOC : 6 questions à Christophe Batier

Pour tâcher de cerner le phénomène MOOC et d’en saisir les enjeux autant que les aboutissants, j’ai choisi d’aller chercher des réponses non pas du côté de la théorie et de l’analyse, mais de celui des outils et de la technologie. Je me suis donc naturellement tourné vers Christophe Batier, directeur technique du service iCAP (UCBL), acteur de la première heure et sans langue de bois de l’enseignement assisté par ordinateur et de la pédagogie numérique.

Big Data, connectivisme, Learning management systems, innovation et prospective : le tour d’horizon est complet où expérience de terrain et recul conceptuel fondent un discours aussi accessible qu’éclairé.

Un excellent moyen – pour le néophyte notamment – d’entrer de plain pied dans la réflexion en cours sur les MOOCs.

Pour faciliter votre navigation dans l’interview, voici la liste des questions auxquelles a répondu Christophe Batier :
Question 1/6
Pourriez-vous revenir brièvement sur les grandes étapes de votre parcours personnel, de façon à comprendre et apprécier votre intérêt pour la pédagogie numérique ?
(à partir de 00:18)

Question 2/6
Quels sont les attentes et besoins exprimés par les enseignants-chercheurs avec lesquels vous travaillez ?
(à partir de 4:14)

Question 3/6
Quelles sont, selon vous, les opportunités d’innovation offertes par le numérique en termes d’interactions pédagogiques ? Comment sont-elles prises en compte dans le développement des ‘Learning Management Systems’ (LMS) ?
(à partir de 7:24)

Question 4/6
Si vous deviez esquisser un état de l’art du développement et de l’utilisation, en France, des plateformes pédagogiques numériques…
(à partir de 10:11)

Question 5/6
Au fond, dans les grandes lignes et toujours selon vous, qu’est-ce qu’un MOOC ?
(à partir de 12:44)

Question 6/6
Entre nous, Christophe Batier, les MOOCS : feu de paille ou révolution durable ?
(à partir de 15:21)

Analyse d’un MOOC connectiviste

Octobre 2012. Alors que nous, Ghita, Quentin et Caroline, cherchons un dispositif d’enseignement en ligne à analyser pour l’UE “Modèles et dispositifs pour l’enseignement à distance”, une annonce tombe dans nos fils Twitter et nos boîtes mail : le premier MOOC francophone ouvre ses portes. Le terme de MOOC (Massive Online Open Course) n’est pas inconnu aux étudiants en Architecture de l’Information que nous sommes, et Ghita est même inscrite à un MOOC “mécanique” du MIT. Le MOOC est à la mode… Nous décidons donc de nous lancer dans l’analyse de ce MOOC francophone qui s’annonce “connectiviste”, sur le thème “Internet, Tout Y est Pour Apprendre” (ITYPA), pour une sorte d’analyse embarquée

L’analyse de ce dispositif est fortement influencée par la structure du cours : l’UE INF14 “Modèles et dispositifs pour l’enseignement à distance” se déroule elle-même à distance, un thème pour chaque semaine, que nous appliquons à notre propre projet. Première étape : comprendre comment fonctionne ce MOOC Itypa. L’organisation du dispositif n’est pas simple à comprendre mais un dessin de Quentin vaut parfois mieux qu’un long discours. Et puis la question du modèle pédagogique intrigue : il y a ce terme de “connectiviste”… que vous comprendrez mieux en lisant ce billet de Ghita qui compare MOOC mécanique et MOOC constructiviste. Un dérivé de pédagogie socio-constructiviste centrée sur l’apprenant, ou plutôt sur le réseau qu’il parvient à se construire, non sans mal parfois… car la responsabilité de l’apprenant est fondamentale dans la réussite de ce cours, d’autant plus qu’il s’agit d’un dispositif d’apprentissage à distance. Quant au rôle de l’enseignant… L’interview que nous avons réalisée des animateurs du MOOC montre des animateurs, des coaches, des “jardiniers” qui ne se reconnaissent pas dans le terme d’enseignant ni dans celui de formateur. Cette interview est également assez éclairante sur  la difficulté de penser l’évaluation dans des dispositifs distants, et basés sur le partage et les échanges. L’évaluation, la validation sont pourtant les questions qui taraudent les enseignants, les institutions, les apprenants lorsqu’ils évoquent ce dispositif d’apprentissage distant.

Au-delà de l’analyse, nous nous devions (c’était écrit dans les consignes) d’être forces de proposition pour améliorer le dispositif étudié. Qu’à cela ne tienne, au diable la timidité, nos propositions sont publiées ! Elles portent essentiellement sur l’engagement des participants, et les possibilités de le maintenir sur le long terme, d’éviter la désaffection de participants désorientés par le dispositif ou confrontés à un modèle de formation inattendu.

Janvier 2013 : un courriel tombe dans nos boîtes au lettres

Selon Salaun Jean-Michel le 23/01/2013 13:56:
Bonjour à toutes et tous,

Le premier COurs Ouvert Pour Tous (COOPT) de l’ENS-Lyon et de l’Université de Montréal est en ligne. Sa thématique : l’économie du document.
Pour s’informer, y accéder, le suivre, y participer, une seule adresse : http://archinfo24.hypotheses.org

Il ne reste plus qu’à s’inscrire pour voir si nos conseils ont été entendus…

 

Quentin Agren, Ghita Benoutmane, Caroline Jouneau-Sion.

 

Caroline Jouneau-Sion

Enseignante d'histoire, géographie et éducation civique, professeure associée à l'Institut Français de l'Education, étudiante en master Architecture de l'Information.

More Posts

Analyser une situation d’apprentissage

Étudier des situations d’apprentissage variées n’est pas toujours aisé.
Nous vous proposons une grille d’analyse élaborée à partir de l’étude de situations d’apprentissage à tendance socio-constructiviste assumée.
Cette grille ne se limite pas à la description de situations en ligne mais peut être adaptée à divers cas d’enseignement.

Suivez le lien pour accéder à cette grille.

Vos commentaires sont les bienvenus.

Les étudiants du Master Architecture de l’Information