Interview de Christelle Lison, professeur à l’Université de Sherbrook.

Les recherches de Christelle Lison portent essentiellement sur la pédagogie de l’enseignement supérieur et les innovations pédagogique. Elle enseigne essentiellement à distance, grâce à la plateforme Via, à un public varié (masterants, post-docs, professeur titularisés…). C’est sur ses pratiques d’e-learning que nous l’avons interrogée dans cette interview, réalisée dans le cadre du cours d’e-learning. L’ensemble des questions portent ainsi sur l’enseignement en ligne dans le cadre universitaire canadien, et une partie d’entre elles est plus précisément focalisée sur les rapports entre méthodes d’e-learning et nombre d’étudiants

De cet échange on retiendra tout d’abord que l’e-learning facilite le transfert des connaissances. Il est donc adapté aux nouveaux objectifs de professionnalisation de l’Université. L’apprentissage en ligne est ainsi prioritairement utilisé dans le cadre de formations continues, mais également spécialisées. Il permet notamment à des étudiants de suivre des cursus qui ne sont pas enseignés dans les universités de leur province. Les pratiques d’enseignement en ligne varient selon les attentes et les besoins des étudiants (des professeurs ressentent par exemple le besoin d’avoir cours de façon synchrone ponctuellement, ce qui n’est pas forcément le cas des étudiants de master pour qui l’enseignement asynchrone convient tout à fait), mais aussi selon leur nombre. Il est difficile d’enseigner à une classe dont le nombre d’élèves est supérieur à 30. Enfin, l’engagement des étudiants dépend de celui des autres, mais également des professeurs.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *