L’apprentissage collaboratif par Marcel Lebrun de l’Université Catholique de Louvain. 22-09-2014

Marcel Lebrun est professeur, conseiller en technologies de l’éducation. Ses domaines de recherche sont les technologies et l’éducation, les dispositifs pédagogiques innovants, la pédagogie universitaire et la formation des enseignants. Merci à Mr Lebrun pour sa gentillesse et sa disponibilité.

En quoi la collaboration développée grâce au web  est-elle différente des travaux de groupe en classe ?

L’apport logistique 

Un des intérêts de la collaboration grâce au web 2.0 vient de l’apport logistique pour l’encadrement des apprenants, pour l’encadrement des différents groupes. L’enseignant en quelques clics de souris répartit le travail par groupe beaucoup plus facilement.

L’apport pour l’apprentissage

Existe-t-il un intérêt  du web 2.0 pour l’apprentissage ? En groupe de travail traditionnel il est difficile de conserver les traces du travail de groupe, les paroles s’envolent. Dans le cadre du travail collaboratif sur le web 2.0,  il existera des traces des travaux et des réflexions des élèves. Exemples : le travail réalisé peut être transmis à quelqu’un d’absent, l’enseignant rappellera également plus facilement les consignes, l’enseignant peut répartir plus facilement les rôles.

Le travail de groupe collaboratif sera une sorte d’extension de notre mémoire informationnelle, mais aussi de notre mémoire procédurale et relationnelle.

C’est une des valeurs ajoutées du travail de groupe collaboratif.

Il existe également une meilleure contextualisation des travaux de groupe :

Lors des phases de divergence, le web 2.0 permet de garder  les raisons du désaccord : ceci est important pour revenir sur les différentes étapes de la réflexion du groupe. Lors des phases de convergence toujours plus difficiles dans le travail en groupe, les cartes conceptuelles en ligne permettent plus de fluidité dans le travail de groupe.

La convergence = la véritable intelligence de groupe. Les technologies apportent beaucoup au travail collaboratif.

Les exemples de classe inversée dans les cours de Marcel Lebrun

M. Lebrun conte sa classe, comment il utilise la distance, la collaboration.

Il s’agit ici d’un mélange de classe inversée, d’ enseignement transmissif, d’évaluation par les pairs et d’apprentissage collaboratif.

Blog de Marcel Lebrun


Laurence Tranchand Granger

Professeur documentaliste. Master Archinfo, promotion 2014.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *